Membre
Merry Christmas good festivals - Frohe Weihnachten schöne Feiertage - Natale allegro buone feste - Feliz Navidad felices fiestas

La roche, le geste et l'outil

La roche

Mettre à jour puis mise en œuvre des marbres se fit à l'aide de procédés et de techniques éprouvés au fil des âges, sans cesse transmis et améliorés. Les percements de la mine fragmente la matière, lés éclats du pic qui la dégage., les vives striures des pointes qui l'ouvrent et l'égalisent: chaque étape d'une lente mutation a imprimé des marques profondes ou légères, celles du geste qui accomplit, dimension cachée, oubliée mais colossale et profondément humaine de l'œuvre à venir.

Le marbre se trouve par couches et par masses, qui sont quelquefois très épaisses et très considérables; celles qui sont les plus proches de la surface de la terre sont communément les moins bonnes, étant remplies de fentes, des gerçures et de ce que les marbriers appellent des terrasses, ou veines d'une matière étrangère, qui l'interrompent et empêchent qu'on ne puisse travailler avec succès.





Le geste

Taille mesure déplacement

Par le bout qui entre dans la roche et qui doit y faire l'ouverture elle est un peu plus grosse que par le milieu: il y avait une petite pointe tout à ce bout, à quatre coins.
Un homme tient l'esquille et la tourne petit à petit, tandis que deux autres frappent avec deux gros marteaux de fer pour la faire entrer. Et quand ils ont fait un trou de la longueur de l'esquille et d'un pied et demi ou deux pieds de profondeur, le trou se faisait profond à proportion que la roche est grosse, ils emplissent ce trou de poudre, le rebouchent ensuite avec du plâtre, ne laissant qu'une petite ouverture à laquelle ils mettent une mèche, et lorsqu'ils veulent faire jouer la mine ils allument cette mèche, se retirent et se mettent à couvert jusqu' à ce qu'elle ait joué et fait son effet.

Les blocs qui gisaient en carrière posaient partout le même problème : bien que lourds et volumineux, ils devaient rejoindre les magasins du roi, à Paris pour y être mis en œuvre. La densité du marbre oscille, selon les variétés, entre 2,6 et 2,9 ( sa pesanteur spécifique à celle de l'eau de 2.718 ) . Un bloc de taille moyenne de 1 mètre cube ou 27 pieds cube pèse dons 2700 kilos environ, poids considérable à déplacer sans risques et déteriorations. Seul l'élément liquide permettait de réduire les difficultés et les coûts de telles entreprises. Une fois accompli, son parcours terrestre, qui allait de quelques dizaines de mètres comme à Hèches à plusieurs lieues comme à Trets, le marbre empruntait les voies d'eau. En dépit d'immenses difficultés, au prix d'incroyables efforts et à l'aide de moyens aussi dérisoires que sophistiqués, les blocs arrivaient à Paris au terme d'une véritable épopée.





Outils, levage et transport

Machines ingénieuses

Pour soulever et déplacer de lourdes pièces de marbre, des machines aussi ingénieuses que curieuses furent inventées, comme cette grue à bras pivotante conçue pour l'embarquement de colonne . Gravure extraite des instruments mathématiques et mécaniques de Jacques Besson 1594.


L'ultime transformation de la matière, confiée aux marbriers, relevait de techniques aussi anciennes et aussi complexes que celles des carriers. Si toutes ne peuvent être détaillées, la découpe et le polissage des panneaux valent d'être exposés, car ils offrent un aperçu sommaire de l'art de la marbrerie. Polir, ou encore réformer tout ce qui peut être contraire à l'exactitude, à la pureté et à l'élégance du style, donne au marbre son ultime aspect brillant d'un langage uni et lumineux, si apprécié dans les palais de Dieu et des hommes.

Le façonnage des marbres après débit obéissait toujours au même principe : approcher le plan ou la forme par un dégrossissage de plus en plus précis puis affiner et polir. La confection de plaques était l'opération la plus commune, car elles pouvaient ensuite être débitées en multiples panneaux, tables ou bandeaux, aptes à de nombreux emplois. Il était donc nécessaire de scier les blocs et tranches d'épaisseurs déterminées, ce qui demandait des compétences particulières, sous peine de pertes importantes.

Le dressage, ou mise à plat, se faisait à la double pointe, à la gradine, puis au ciseau, sur les plaques et petites pièces où il était nécessaire de trancher les défauts et aspérités sans frapper trop durement. Pour les pièces pleines ou plus fortes et pour l'approche définitive, on utilisait la boucharde ou la marteline, avec lesquelles les surfaces étaient finement piquetées et unies.

Le polissage, chez les marbriers, était effectué par les apprentis et les ouvriers dans les ateliers familiaux, il était mené par des femmes et des enfants. Il s'effectuait comme le sciage par frottement, mais il fallait passer d'abrasifs grossiers, qui ponçaient ou mangeaient les pièces, à de plus fins qui les lustraient. Outre le sable siliceux, il pouvait s'agir de pierres à aiguiser et de grès dans un premier temps,d'émeri ensuite.



A paris les blocs étaient sciés dans les magasins du roi, par des ouvriers sous les ordres du directeur ou aux frais des marbriers, puis là ou en atelier, ils étaient moulurés, sculptés et polis, transformés en chapiteaux, frises, corniches, vases balustres, cheminées, chambranles, autels, panneaux, dalles ou carreaux, comme l'illustre cette gravure de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert de 1773, présentant le magasin le plus proche du Louvre.
Croquis d'un chariot construit en 1820 pour le transport d'une colonne de près de 7 mètres de long depuis les carrières de Caunes. Un attelage de huit bœufs était prévu sur le plat.